Quelle est l'hygrométrie normale dans une maison ?


4485 vues
Quelle est l'hygrométrie normale dans une maison ?

Quel que soit le type de climat dans lequel vous vivez, les niveaux d'humidité relative de l'air peuvent affecter le confort de votre lieu de vie, ainsi que le bon fonctionnement de vos appareils de chauffage et de climatisation. La gestion du taux d'humidité à l'intérieur des habitations est une priorité pour maintenir une bonne qualité de vie au quotidien.

Pour mesurer l'hygrométrie des lieux clos comme les espaces de vie et les lieux de travail, vous pouvez compter sur l'hygromètre, un instrument météorologique qui évalue le degré de saturation de l'air ambiant en vapeur d'eau. L'humidité relative joue un rôle dans la qualité de l'air respiré, et tout écart se traduit à la fois par des problèmes de santé et de salubrité. On fait le point sur l'hygrométrie de confort dans les logements.

Qu'est-ce que l'humidité relative dans votre maison ?

L'humidité relative est la quantité de vapeur d'eau présente dans l'air exprimée en pourcentage de la quantité nécessaire à la saturation à la même température. Lorsque les températures montent ou descendent, la capacité de l'air à retenir l'eau change. Le fait d'avoir en permanence le bon niveau d'humidité relative dans votre environnement intérieur vous permettra de garantir que vos systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation fonctionnent efficacement, tout en maintenant un bon niveau de confort, d'hygiène et de salubrité.

Pendant les mois d'été, l'humidité relative moyenne devrait se situer entre 30 et 50 %. En hiver, il peut être nécessaire d'avoir un taux d'humidité relative inférieur à 40 % pour éviter la condensation sur vos fenêtres, mais une plage comprise entre 40 et 55 % peut être tolérée pour ne pas entamer votre confort de vie. En restant dans les plages appropriées, votre maison reste relativement fraîche en été et tiède en hiver.

De nombreux problèmes de salubrité peuvent être évités lorsque vous veillez à maintenir une hygrométrie physiologique dans votre maison :

  • Avec une humidité relative trop élevée, vous vous exposez à la prolifération des bactéries et autres nuisibles pathogènes, à l'accumulation des allergènes comme les acariens, à l'odeur de renfermé ou de moisi qui s'imprègne dans les meubles et les vêtements, aux infiltrations, aux remontées capillaires, au phénomène de condensation sur les vitres, etc. ;
  • Les valeurs extrêmes de l'hygrométrie impactent les meubles, le plancher et les plinthes en bois. Le sol peut alors gonfler, se fissurer et se déformer, créant des interstices qui peuvent devenir des nids à insectes, à champignons, etc. ;
  • Rappelons qu'une hygrométrie qui s'éloigne des valeurs physiologiques va causer divers problèmes de santé, de l'exacerbation des réactions allergiques cutanées et respiratoires jusqu'aux démangeaisons oculaires en passant par l'irritabilité, la sécheresse des muqueuses de la sphère ORL et les maux de tête ;
  • Une hygrométrie non maîtrisée va produire des dommages irréversibles sur les instruments de musique, certaines plantes, les collections de cigares, etc.

Comment remédier à une hygrométrie non physiologique dans votre intérieur ?

Il faut dans un premier temps guetter les premiers signes d'une humidité qui sort de la plage de confort. Voici les symptômes d'une maison en proie à une humidité relative élevée :

  • De la condensation visible sur les surfaces froides ou fraîches comme les fenêtres, les miroirs, les tuyaux et le sous-sol. Si vous en trouvez, palpez et vérifiez les environs pour vous assurer que l'humidité ne se propage pas aux murs et aux surfaces avoisinantes ;
  • Au plafond, vous devrez faire attention aux taches humides et au stuc friable. Vous pouvez souvent voir l'humidité sous forme de décoloration, qui peut être difficile à repérer dans certaines conditions d'éclairage ;
  • Voyez-vous de la peinture qui s'écaille ou entendez-vous des craquements excessifs sur les planches ?
  • Si vous ou l'un des membres de votre famille souffrez de graves maux de tête, d'essoufflement, de symptômes d'allergie courants comme une respiration sifflante ou une toux chronique, il se peut que l'humidité affecte votre corps ;
  • Votre maison dégage une odeur de moisissure ? Il se peut même qu'elle ait une odeur de fumée. Si vous êtes resté longtemps à l'intérieur de votre maison, essayez de sortir quelques minutes. Vous devriez pouvoir mieux détecter les odeurs à l'intérieur après avoir pris l'air ;
  • Certaines surfaces, notamment les murs, les sols et les étagères, sont-elles douces ou humides au toucher ?
  • Voyez-vous des taches sombres ou des décolorations ?

Voici quelques signes courants d'un faible taux d'humidité relative dans la maison :

  • Nez irrité, voire ensanglanté ;
  • Lèvres gercées et craquelées ;
  • Peau et yeux secs et qui démangent ;
  • Symptômes similaires à ceux du rhume ou de la grippe, notamment au réveil ;
  • Gorge qui démange ;
  • Bois et meubles secs et fissurés ;
  • Électricité statique ;
  • Muqueuses sèches.

Avec un hygromètre correctement calibré, vous allez pouvoir mesurer l'hygrométrie réelle de votre maison. Si elle reste en dessous de plage physiologique (moins de 45 %), vous allez devoir investir dans un humidificateur pour rétablir une humidité relative confortable. Si elle caracole au dessus de 55 %, vous devrez plutôt opter pour un déshumidificateur pour rétablir votre confort de vie.