FAQ : nos réponses aux questions les plus fréquemment posées sur l'hygromètre


3693 vues
FAQ : nos réponses aux questions les plus fréquemment posées sur l'hygromètre

Comme la température ambiante, l'humidité relative (ou hygrométrie) joue un rôle majeur dans le confort et la santé des occupants. Une humidité relative trop élevée va exacerber les réactions allergiques, qu'elles soient cutanées ou respiratoires (surtout chez les asthmatiques), causer des dommages à votre bien immobilier et à vos meubles et produire une odeur de moisi et de renfermé, tandis qu'une humidité trop faible va causer une sécheresse des muqueuses, une irritabilité, des démangeaisons oculaires et éventuellement des fissures au plancher.

Contrairement au thermomètre, dont l'usage s'est largement démocratisé depuis plusieurs décennies, l'hygromètre n'est pas véritablement entré dans les mœurs des particuliers, bien que l'on assiste à un certain engouement depuis le milieu des années 2010. Nous vous proposons dans cet article nos réponses aux questions les plus fréquemment posées sur cet instrument de mesure de l'humidité relative.

A quoi sert un hygromètre ?

L'hygromètre est un instrument de mesure de la vapeur contenue dans l'air, que l'on appelle « hygrométrie ». Notez que pour mesurer l'humidité relative dans les matériaux, on utilisera plutôt un humidimètre. L'humidité relative est comprise entre 0 et 100 %, renvoyant au degré de saturation de l'air ambiant en vapeur d'eau. En réalité, la majorité des hygromètres disposent d'une plage de mesure bien déterminée, en fonction de la qualité du ou des capteur(s).

Les hygromètres destinés au grand public ne sont généralement pas en mesure de quantifier l'humidité relative lorsque celle-ci atteint des valeurs extrêmes (moins de 30 % et plus de 75 % en règle générale).

Qu'est-ce que l'humidité relative ?

L'humidité relative (HR), exprimée en pourcentage, mesure la vapeur d'eau en fonction de la température de l'air. En d'autres termes, il s'agit de la mesure de la quantité réelle de vapeur d'eau dans l'air par rapport à un scénario de saturation complète de l'air ambiant en vapeur d'eau. L'air chaud peut contenir plus de vapeur d'eau (humidité) que l'air froid, donc avec la même quantité d'humidité absolue/spécifique, l'air aura une humidité relative plus élevée s'il est plus frais, et une humidité relative plus faible s'il est plus chaud. Ce que nous « ressentons », c'est la quantité réelle d'humidité (humidité absolue) dans l'air.

Par opposition, l'humidité absolue (exprimée en grammes de vapeur d'eau par mètre cube de volume d'air) est une mesure de la quantité réelle de vapeur d'eau (humidité) dans l'air, quelle que soit la température ambiante. Plus la quantité de vapeur d'eau est importante, plus l'humidité absolue est élevée. Par exemple, un maximum d'environ 30 grammes de vapeur d'eau peut exister dans un volume d'air d'un mètre cube dont la température se situe au autour de 27° C. Enfin, l'humidité spécifique fait référence au poids (quantité) de vapeur d'eau contenue dans une unité de poids d'air (exprimée en grammes de vapeur d'eau par kilogramme d'air). L'humidité absolue et l'humidité spécifique sont des concepts assez similaires.

Peut-on mesure l'hygrométrie avec un smartphone ?

Il est effectivement possible de mesurer l'humidité relative à l'aide d'une application mobile sur smartphone… mais vous aurez tout de même besoin d'un capteur d'humidité, qu'il soit intégré à votre smartphone ou connecté à votre terminal mobile via un câble USB ou une connexion sans fil (WiFi ou Bluetooth), ce qui réduit l'intérêt de la chose.

Plus pratiques, certaines applications d'hygrométrie fonctionnent plutôt de manière indirecte en déterminant votre position (à partir des services de géolocalisation ou du récepteur satellite GPS du téléphone et en envoyant une requête à un serveur de station météorologique locale, qui renvoie la mesure d'humidité pour que votre téléphone l'affiche. Il s'agit là d'une mesure approximative de l'humidité relative dans la station météorologique, qui peut se trouver à plusieurs kilomètres de votre domicile. Cela vous donnera une idée approximative de l'humidité globale (si c'est une journée sèche ou humide), mais pas de l'humidité locale exacte de votre domicile ou lieu de travail.

Quels sont les différents types d'hygromètres ?

Si l'on choisit la typologie de la technologie utilisée pour mesurer l'humidité relative, on comptera 4 grands types d'hygromètres :

  • Les hygromètres mécaniques ou analogiques, qui mesurent l'humidité relative à l'aide de cheveux, de poils ou d'autres fibres qui ont la particularité de changer de longueur en réponse à une modification de l'humidité relative. Il s'agit le plus souvent d'appareils volumineux et encombrants, parfois d'exemplaires de collection, qui donnent néanmoins une mesure très précise de l'humidité relative avec une marge d'erreur inférieure à 1 % ;
  • Les hygromètres électriques, qui donnent une mesure relativement précise de l'hygrométrie, avec une marge d'erreur de 5 %. Pour mesurer l'humidité relative, ces hygromètres se basent sur les variations de résistance ou de capacité électrique ;
  • Les psychromètres, qui embarquent deux thermomètres (sec et enveloppé dans un chiffon humide). Leur principe de fonctionnement consiste à mesure le refroidissement du thermomètre par l'évaporation du chiffon humide, ce qui donne une lecture de l'hygrométrie avec une marge d'erreur de 5 % ;
  • Les hygromètres dits « à point de rosée », réputés pour être les plus précis. Un miroir est refroidi de manière précise jusqu'à ce que la température atteigne le point de rosée.