Hygromètre ou thermomètre : que choisir ?


963 vues
Hygromètre ou thermomètre : que choisir ?

Bien qu'on n'y pense pas forcément de manière intuitive, il existe bel et bien une relation entre la température et l'humidité. La première influe sur la seconde qui, à son tour, influe sur le potentiel des précipitations. Cette interaction d'apparence anodine est à l'origine de nombreux phénomènes météorologiques qui affectent nos vies au quotidien.

Venons-en à la différence entre l'hygromètre et le thermomètre. On vous rassure tout de suite, rien de bien compliqué : le premier est un appareil qui mesure le taux d'humidité dans les gaz, notamment l'air (pour mesurer ce taux dans les matériaux solides, vous devrez recourir à un humidimètre). Le second, quant à lui, mesure la température ambiante. Dans le cadre de notre dossier sur les critères de choix de l'hygromètre, nous vous faisons découvrir la relation entre l'humidité et la température.

Point de rosée, humidité, température… quèsaco ?

Commençons par un constat simple : la relation humidité / température affecte directement le bien-être et la santé des individus. Pour comprendre cette interaction, les météorologues recourent généralement aux valeurs d'humidité relative et de point de rosée. Il faut savoir que l'atmosphère contient de l'eau sous forme de vapeur, de cristaux de glace ou de précipitations. La notion d'humidité relative, dont vous avez certainement entendu parler, n'est rien de plus qu'un pourcentage de cette vapeur d'eau présente dans l'air. Celle-ci change avec la température de l'air.

Prenons un exemple : un taux d'humidité relative de 100 % (on n'ose même pas imaginer !) correspond à une unité d'air complètement saturée à pression constante qui ne peut plus contenir de molécules d'eau. Plus la température augmente, plus l'air peut contenir de molécules d'eau, ce qui diminue son humidité relative. A contrario, lorsque la température baisse, l'humidité relative augmente. En d'autres termes, l'humidité augmente quand la température de l'air approche de la valeur du point de rosée. Conclusion : la température est liée à la quantité d'humidité que peut contenir l'atmosphère.

Qu'est-ce que le point de rosée ? C'est la température à laquelle l'air est complètement saturé en molécules d'eau. Lorsque l'humidité relative atteint les 100 %, la rosée se forme. Lorsque l'air est plus chaud, il peut donc contenir plus de molécules d'eau. Quand il refroidit, il perd de la vapeur d'eau sous forme de condensation. Un taux d'humidité plus élevé est synonyme d'un point de rosée plus élevé. Résultat : des conditions d'humidité inconfortables, entraînant des nuages généralement chargés de précipitations. Par définition, le point de rosée ne dépasse jamais la température de l'air.

La température et l'humidité affectent la qualité de vie

Tout le monde en a plus ou moins conscience : l'humidité et la température impactent le confort, et souvent la santé des personnes. Un taux d'humidité élevé est synonyme de plus d'eau dans l'air, entraînant la propagation de cette fameuse odeur de renfermé, particulièrement nauséabonde en saison chaude, surtout dans le pourtour des bennes et décharges. Sur un autre registre, les sportifs doivent tenir compte des niveaux de température et d'humidité, au risque d'affecter leur santé… tout comme les asthmatiques.

Il faut savoir que la sueur n'est pas anodine… son rôle est très précis. C'est le processus utilisé par l'organisme pour se refroidir. Quand l'air est humide et chaud, votre corps ne peut évaporer la sueur efficacement. Résultat : déshydratation, surchauffe, voire, dans les cas extrêmes, décès ; d'où l'extrême importance de l'hydratation, surtout dans les environnements arides ou en cas de grosse chaleur.

Par ailleurs, nombre d'études récentes ont démontré le lien qui existe entre la température, l'humidité et la santé des individus. Par exemple, elles ont révélé que l'humidité et la température jouent un rôle dans la transmission du virus de la grippe dans les régions tempérées. Le virus se développe encore plus quand les températures extérieures baissent dans les zones tempérées. Ce n'est donc pas un hasard si la grippe se propage beaucoup plus en hiver. Sachez cependant que si l'humidité relative est plus élevée en hiver, elle l'est beaucoup moins dans les maisons en raison du chauffage.

Concrètement, l'exposition à l'air extérieur humide et froid et à l'air intérieur sec augmente la transmission du virus grippal. En revanche, les recherches ont démontré une certaine stabilité du virus dans les environnements où le taux d'humidité relative est plus faible. Vous l'aurez donc compris, la température et l'humidité rendent les personnes plus vulnérables à l'infection grippale. Lorsque les températures baissent, les fonctions métaboliques chutent et l'air froid s'écoule par les voies respiratoires, inhibant ainsi la clairance mucociliaire.

Ce n'est pas tout ! Les variations de température et d'humidité sont également susceptibles de causer des troubles cardiaques. Plusieurs recherches ont établi un lien entre l'effet de la température et de l'humidité et la mortalité des personnes atteintes de maladies cardiovasculaires. Dans un environnement de basse température et d'humidité élevée, le taux de mortalité cardiovasculaire augmente. L'explication des chercheurs est que l'humidité élevée affecte le risque thrombotique.

Que choisir entre l'hygromètre et le thermomètre ?

Vous le savez maintenant, le taux d'humidité et la température ambiante impactent grandement la qualité de vie, le confort au quotidien, mais aussi la santé des individus qui y sont exposés. A titre de rappel, des niveaux d'humidité relative trop élevés peuvent causer toutes sortes de problèmes : « réactivation » des allergies, complications respiratoires des personnes souffrant d'asthme, odeurs de renfermé et de moisi, prolifération bactérienne…

Dans le cas opposé, un taux d'humidité relative trop faible, caractérisé par un air plus sec, provoque la sècheresse de la muqueuse, des démangeaisons oculaires, des irritations… Tout cela pour dire que la question du choix entre un hygromètre et un thermomètre ne devrait pas se poser. Les deux appareils remplissent, chacun, une fonction particulière, se complétant pour éclairer l'individu sur ce qu'il doit faire pour garantir un intérieur confortable et sain (chauffage, climatisation, humidification, déshumidification …).

Bonne nouvelle : il existe aujourd'hui des modèles qui combinent les deux fonctionnalités (mesure de l'humidité relative et de la température). Seul bémol, ces appareils deux en un ont une marge d'erreur assez significative, comprise entre 5 et 10 %.

Comment bien choisir ? Hygromètre ou thermomètre ?